Les origines de la cuisinière à bois

1. La marmite sur feu de bois

Marmite sur le feu de bois
Durant de nombreuses décennies, la cheminée, l’âtre et ses ustensiles furent les éléments les plus importants de la cuisine. C’était dans une grande marmite suspendue au-dessus des flammes, que l’on faisait mijoter les soupes, les potées, et les ragoûts. Les aliments cuisaient sous les cendres. 

En revanche, il fallait souvent cuisiner à même le sol, sous la cheminée, ce qui était très peu confortable. 

Des niches et des tablettes étaient généralement installées dans la cheminée. On y retrouvait aussi une crémaillère (le crémail à anneaux), un grill, des landiers en forme de bol pour faire réchauffer les plats et les sauces, des chaudrons, une lèchefrite, des broches. Plus couramment, dans les installations les plus modestes, les femmes devaient cuisiner dans de mauvaises conditions. 

De plus, une importante consommation de bois était nécessaire pour, au final, un chauffage assez médiocre, sans oublier les dangers d’incendies et de fumées. 

2. Le potager

Le potager
Au XVIIIème siècle sont apparus les potagers, appareils similaires à des fourneaux en maçonnerie généralement recouvert de carreaux de faïence et creusés d’ouvertures protégées par une grille amovible. 

Il s'agissait d'un récipient à braise, à un ou deux trous, pour cuire et tenir au chaud sur de la braise pris dans la cheminée. Les potagers n’étaient pas équipés d’un conduit de fumée. Cette installation permettait, outre le fait de pouvoir cuisiner plus confortablement et à bonne hauteur sans se faire mal au dos, de cuire les aliments à différentes températures et ainsi varier les plats. 

Grâce aux potagers, il était désormais possible de ne pas faire subir la même cuisson aux aliments, en cuisant séparément les aliments. On pouvait enfin cuire les légumes dans une casserole, faire réduire les sauces, préparer les roux, les coulis et les viandes dans les poêles. 

Le potager était seulement un réchaud, il peut être considéré comme l'ancêtre du fourneau.

3. Le fourneau

Le fourneau est apparu aux alentours des années 1750, et c’est bien avant 1789 qu’il conquit les maisons et est devenu un élément indispensable au XIXème siècle. Il se trouvait généralement sous le manteau de la cheminée (avec un conduit qui montait directement) ou au-devant de la cheminée. 
Les tuyaux passent alors devant la hotte et pénètrent un peu plus haut.
La domestication du feu est devenue plus facile avec l’apparition du fourneau de fer ou de fonte. Ce dernier est devenu une réelle révolution, car il a permis de créer de nouvelles possibilités, de faire des économies de combustible, d’assurer une sécurité plus grande, une bien meilleure autonomie et diffusion de la chaleur. Enfin, il apporte une autre manière de faire la cuisine. Le fourneau est l’appareil qui transforma les conditions de vie dans le froid. Il est un élément important ayant permis la conquête du confort domestique.
Le fourneau

Voici les fameux poêles à bois à deux, trois ou quatre trous présentés au-dessus. Nous apercevons ici un 3 trous disposé à même la vieille cheminée, dans une maison de campagne.

cuisinère

On trouvait, principalement en ville, les cuisinières sur pieds, en fonte avec une bouilloire et un grand four. Celles-ci furent un grand progrès pour la cuisinière, adoptée en France vers 1846.

la cuisinière à bois de Chenonceau

Dans les cuisines du Château de Chenonceau, un magnifique exemple d'une cuisinière à bois ancienne.

4. Les accessoires

Les accessoires